Palais Claudio Bravo : lieu unique 

où flotte l'âme du peintre 

 

 

​Le peintre d'origine chilienne Claudio Bravo est mort d'une crise d'épilepsie le 4 juin 2011 dans son extraordinaire palais, situé tout près de Taroudant. Aussi appelé Claudio Bravo Palace, ce lieu tout à fait exceptionnel perpétue la mémoire du peintre hyperréaliste, très coté dans le monde de l'art. Claudio Bravo avait choisi de vivre et de travailler au Maroc pour sa lumière exceptionnelle. Il avait d'abord jeté son dévolu sur Tanger, puis sur Marrakech, avant de se fixer définitivement à Taroudant.

Ce grand artiste a séjourné dès 2003, d'abord une partie de l'année, dans le palais roudanais qu'il  a fait construire face à l'Atlas. Un lieu choisi, dit-il, en raison du "record mondial des jours sans soleil, qui atteint seulement 25 jours par an".

 

Mélange de réalisme, d'abstraction et de classicisme

 

Claudio Bravo s'illustre comme observateur exceptionnel des choses immobiles et figées. On se situe toutefois bien loin des nature mortes classiques, ainsi qu'en témoignent les compositions ci-dessous. "Mon travail est un mélange de réalisme, d'abstraction et de classicisme, expliquait l'artiste chilien. Ce que j'essaie, c'est d'aller à contre-courant des tendances actuelles de l'art".

 

Claudio Bravo a trouvé au Maroc l’inspiration qu'il cherchait, une énergie inlassable, la lumière, les couleurs, les habitants. Les critiques s'accordent à affirmer qu'il a peint merveilleusement la réalité et le non-réalité de son entourage. Millimétrée, sa maîtrise technique se révèle exceptionnelle. Le portrait de la jeune femme au turban ci-dessous nous rappelle à bon escient à quel point il a intériorisé Velasquez au Prado ou les maîtres flamands. La sensualité retenue des joueurs de football qu'il a peints a constitué une autre facette de la palette extraordinairement éclectique de Claudio Bravo.

L'influence de la nature et de la religion

 

Il a un temps été question de l'ouverture, chez lui à Taroudant, d'une école des beaux-arts censée accueillir 200 élèves, mais sa disparition a empêché ce beau projet de voir le jour. Claudio Bravo est en tout cas inspiré par la nature qui l'entoure, comme le montrent ses paysages de l'Atlas.

 

On a beaucoup dit que la religion musulmane avait influencé ses recherches formelles et chromatiques. Il a ainsi réalisé une série d'hommes en prière et le cimetière ci-dessous confirme cette attirance. Néanmoins, sa culture chrétienne s'exprime tout aussi puissamment. Sa "Madone" se révèle riche de symboliques. Le fond du paysage n'est autre que celui des kasbahs du sud du Maroc. Superbe ! On peut en faire son fond d'écran...

Un extraordinaire musée que l'on visite

Ce palais est devenu un extraordinaire musée. Du Jardin aux Etoiles, on y accède en un peu plus d'une heure. Droit d'entrée pour une visite guidée de haute qualité, que nous recommandons vivement : 200 dirhams (20 €) par personne, thé final face à l'Atlas et à la reconstitution de la Ménara compris. Le palais comprend de nombreuses oeuvres du peintre. Ce sont des copies.


 

Réservations et renseignements :

 

Najoua Tabchich, responsable de la communication, qui accompagne en règle générale les visiteurs :

+212 6 912 421 61 et +212 6 619 681 21
+212 6 619 044 50

+212 6 938 178 30 (M. Mourino)

+212 5 282 160 78

 

contact@claudiobravocamus.com

 

Aperçu des oeuvres du maître de l'hyperréalisme, Claudio Bravo
Visite virtuelle du Palais de Claudio Bravo
 
On accède au Palais de Claudio Bravo en un peu plus d'une heure
depuis le Jardin
aux Etoiles.  
 
 

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

Table de la salle à manger

Collection sublime de verres colorés