Juste après l'Indépendance, Agadir organisait une Fête de l'Orange

Mis à jour : sept. 6


En 1958 et en 1959, soit juste après l'Indépendance proclamée en 1956, Agadir organisa une Fête de l'Orange haute en couleurs. Cet hommage à la "belle fille du Souss" rencontra un immense succès. Le terrible tremblement de terre du 29 février 1960 mit fin à cette tradition, qui ne connut dès lors que deux éditions.


La première édition de la Fête de l'Orange s'inscrivit dans le cadre de la "Semaine merveilleuse d'Agadir" qui se déroula du 27 avril au 4 mai 1958 et remplaçait la "Semaine des sports mécaniques"qui vit la tenue du Grand Prix international de vitesse d'Agadir.


Le Syndicat d'initiative de l'époque se chargea de l'organisation, soutenu qu'il fut par les autorités. La ville fut superbement décorée. Trois arcs de triomphe furent mis en place sur le boulevard Mohamed V, qui n'a pas changé de nom aujourd'hui. Un magnifique réseau d'éclairage aux néons décora la villa.


Corso et chars décorés de milliers d'oranges


D'innombrables figurants vêtus de longs habits orange donnèrent toute sa couleur à la fête. Le corso attira une foule considérable. Il vit le défilé de chars décorés de milliers d'oranges. Les spectateurs se virent distribuer des filets remplis du fruit-roi du Souss, ainsi que du jus d'orange conservé dans des citernes installées à l'intérieur des chars. Des porteurs d'eau traditionnels en distribuèrent aussi.


Fils du roi Mohammed V, le prince héritier Moulay Hassan, futur Hassan II, arriva à bord de son avion personnel et fut acclamé. Il visita l'exposition placée sous le titre "Le Souss économique", qui remporta un très grand succès populaire.


Toutes sortes de manifestations furent organisées : danses folkloriques et spectacle de danse classique, exposition de peinture, concert de l'Orchestre symphonique amateur d'Agadir, élection de Miss Orange.

Sports et autres activités


Les activités sportives ne furent pas en reste : football, rugby, ping-pong, pétanque, boule lyonnaise, cyclisme, boxe, judo, tennis, golf, tir aux pigeons, courses de dromadaires et d'ânes, jeux d'enfants sur la plage, soirée nautique au port avec ski nautique, concours de plongeon, match de water-polo en nocturne.

On assista aussi à des concours de pêche et de chasse sous-marine, des courses de barcasses, des joutes sétoises, des courses aux canards, des concours au mât de cocagne ainsi que des promenades en chalutier dans la baie, ainsi que des courses... aux cochons de lait. Le Saint-Hubert-Club d'Agadir organisa sur la plage un tir aux... pigeons vivants, ce qui ne se ferait sans doute plus non plus aujourd'hui.

Les Gadiris et les touristes furent invités à des sorties avec pique-nique. La plus importante fut celle tenue à l'occasion de la "Fête des Oranges" à Ouled Teima.


Un feu d'artifice et un bal mirent un point final à la "Semaine merveilleuse d'Agadir". La Fête de l'Orange a-t-elle une chance de ressusciter un jour ? On peut en douter, tant l'époque actuelle a changé par rapport à celle des années 50. Il est vrai aussi qu'Agadir connaît aujourd'hui son Concert pour la tolérance.


Nos informations proviennent principalement du très intéressant site sur le passé d'Agadir de Marie-France Dartois, Lahssen Roussafi et Régine Caïs-Terrier.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html