Résurgence d'eau douce dans l'Atlantique près d'Agadir : une solution contre la pénurie ?


Jean-Yves Le Goff devant une résurgence d'eau douce en mer.

Ancien chirurgien à Bordeaux, installé au Maroc, il est passionné d'hydraulique. Jean-Yves Le Goff est convaincu de la valeur d'un procédé capable de résoudre le problème de la grave pénurie en eau dont souffre le Royaume, cela à moindre coût et sans grand impact sur l’environnement.


L’idée développée par Jean-Yves Le Goff et des experts dont il s'est entouré n'est pas vraiment nouvelle. Elle consiste à exploiter les résurgences d’eau douce en mer. Le Français explique que des cavités connues depuis l'Antiquité se sont développées sous la mer, sous l’érosion des roches calcaires. Ces réservoirs contiendraient des milliards de mètre cubes d’eau douce, provenant essentiellement de précipitations terrestres.


Des études très sérieuses ont été effectuées sur le sujet. Le Conseil général français de l'environnement et du développement durable a recommandé la poursuite de recherches dans de nombreux endroits de la Méditerranée.


Le système de vase communicants recommandé ci-dessus a un point faible. L’effet dit "Venturi" fait que l’eau salée et l’eau douce se mélangent au moment de l’extraction. Jean-Yves Le Goff affirme qu'il est parvenu avec ses équipes à isoler ce tourbillon marin et à pomper une eau pure. Le procédé a été breveté.


Jean-Yves Le Goff a répertorié neuf résurgences à proximité des côtes marocaines, la plupart en Méditerranée et une au large d'Agadir. Cette dernière aurait le plus fort potentiel, qui atteindrait un million de m3/jour. Selon le Français, des fontaines flottantes exploitées au-dessus de ces résurgences auraient la capacité, via un réseau de pipelines, de remplir jusqu'à 80 % des besoins du Maroc en eau potable et d'irrigation.


Le Royaume est effectivement confronté à une grave pénurie d'eau. Le très grand projet de station de dessalement d'eau de mer de Douira-Inchaden, au sud d'Agadir, réputée être la plus grande du monde, devrait entrer en fonction au mois de juillet 2021. Mais, selon Le Goff, l'exploitation des résurgences d’eau douce en mer serait dix fois plus économique et permettrait de proposer des prix sept fois moins chers.


Pas de suite concrète


Le Français a déclaré au site Medias24 avoir présenté son projet à de nombreux responsables politiques marocains, dont l'ancien maire d'Agadir Tariq Kabbage et l’ancien chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Selon ses dires, l'accueil aurait été intéressé, mais aucune suite concrète n'y aurait été donnée. Le ministre de l'agriculture et de la pêche maritime Aziz Akhannouch ne figure toutefois pas parmi les personnalités contactées, ce qui est sans aucun doute une erreur, lorsqu'on sait le poids politique du milliardaire originaire de Tafraout.


Jean-Yves Le Goff dit avoir présenté son projet à l’Algérie, à la Tunisie et à l’Arabie saoudite. Il insiste toutefois pour réaliser un projet pilote à Al Hoceima, où il dit avoir identifié une résurgence d’une capacité de 375 000 m3/jour.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html