Agadir se dote d'un nouveau logo

La Ville d'Agadir avait besoin d'un nouveau logo, pour contribuer à relancer la destination balnéaire numéro un du Maroc, face à l'arrivée des nouvelles stations du Plan Azur. Voici ci-dessus ce nouvel emblème, avec une calligraphie en arabe et en français. L'agence française Dragon Rouge l'a créé. Elle en a délégué le détail à un de ses designers natifs d'Agadir (première photo). Elle explique que le grand trait bleu incurvé fait référence à la baie d'Agadir, premier atout de la capitale du Souss. Pas de référence berbère ! Je regrette qu'aucune référence berbère explicite ne se retrouve sur le nouveau logo de la capitale amazigh ! Je comprends la dimension marketing de la recherche effectuée. Il aurait néanmoins été judicieux d'y faire une référence stylisée à la fibule ou au Z amazigh, qui est très graphique, ainsi que le prouve encore sa présence sur la brochure, de la deuxième photo. C'est non seulement une question de justice vis-à-vis des Chleus qui peuplent majoritairement la ville et sa région, mais aussi opportun pour des raisons liées à l'intérêt des visiteurs étrangers envers l'identité berbère. Cet intérêt me semble être largement sous-estimé par les spécialistes marocains du tourisme. Il contient pourtant un potentiel énorme. Pourquoi croyez-vous que, de plus en plus, les hôtes du Souss préfèrent les maisons d'hôtes à fort apport traditionnel aux hôtels anonymes et la découverte des richesses culturelles de l'intérieur des terres à l'exercice obligé de la plage ? N'ayant pas (encore) perdu mon acuité visuelle, je constate avec plaisir que la réalité s'est déjà chargée de corriger l'absence que je déplore ci-dessus. Le nouveau logo a fait son apparition sur les abris-bus créés par le designer Hicham Lahlou (première photo). Or que voit-on si on clique sur la photo ? Le nom d'Agadir en caractères tifinagh, c'est-à-dire berbères ! Cette adjonction est d'autant plus justifiée que cet alphabet est très agréable à l'oeil. La deuxième photo montre que la traduction du nom de la ville dans les trois langues ne constitue pas une exception. On constate sur la dernière photo que le logo au trait incurvé commence même à se nicher aux endroits les plus inattendus, en l'occurrence en jaune sur la fonte de cette grille de protection, appelée corset d'arbre et signée Hicham Lahlou. Du magnifique travail ! Imaginaire Un mot encore pour dire que l'imaginaire peut faire beaucoup. Je finis par penser que la courbe censée représenter la plage gadirie est en réalité le symbole de l'étoffe dont on fait le chèche berbère. Me suivez-vous dans mon extrapolation ?

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html