Balustrades de fer : Mustapha le Houari à l'oeuvre. Son frère Abbes s'active du côté des fenêtres

Les travaux d'aménagement du Jardin aux Etoiles ne se déroulent pas seulement sur ma ptite propriété, mais aussi dans les ateliers d'artisans marocains. C'est ainsi que Mustapha est en train de réaliser les balustrades en fer forgé qui décoreront les rampes d'escalier. Mustapha est houari, ce qui signifie qu'il est d'Ouled Teima, autrefois appelé Houara. Une appellation toujours très utilisée et qui fait monter un sourire de satisfaction aux lèvres des Marocains quand un étranger la prononce. Elle montre que vous en connaissez un petit bout sur leur pays. Mustapha a terminé les motifs floraux que j'ai choisis pour passer du premier étage au deuxième. Il est en train de commencer les ferronneries aux grappes de raisin et aux feuilles de vigne qui permettront d'accéder aux deux suites, nommées Marrakech et Tiznit. Ce type d'artisan n'emploie en général pas davantage qu'un ou deux ouvriers, cela en fonction de l'importance des commandes en cours. On est ici en présence d'un fer forgé, c'est-à-dire tourné et travaillé, alors que la plupart du temps on utilise au Maroc du fer simple, comme en voit chez Sven à Taroudant (Chez Sven : encore une maison d'hôtes ou plutôt un hôtel à Taroudant). Ma préférence va au fer forgé. D'abord parce que ses effets de profondeur le rendent plus complexe et plus expressif, et ensuite parce qu'une lignée de mes ancêtres s'escrima durant des générations à la forge ! Je ne l'oublie pas et je les respecte beaucoup, même si je n'ai absolument rien hérité de leurs dispositions pour le fer ni pour la mécanique... J'imaginais que, comme en Europe, le fer forgé se situerait dans la fourchette élevée des prix. Et bien pas du tout ! Encore faut-il identifier le bon artisan et éviter les intermédiaires qui font exploser la facture. Abbes est le frère de Mustapha. Lui, il avance sur mes fenêtres en bois. Ce jeune artisan a maintenant égalisé la hauteur des éléments centraux qui constituent les portes-fenêtres du rez-de-chaussée. Comme la suite le montrera, cette égalisation ne se révélera pas parfaite, et il faudra prendre des mesures correctrices. Toujours les coûts additionnels de la construction au Maroc... En provenance d'Europe du Nord Le bois lui-même est un matériau relativement cher dans le Royaume. Alors qu'on imagine qu'il provient des forêts des montagnes marocaines, ce n'est pas du tout le cas. La dramatique raréfaction des arbres marocains (L'arganier, roi à la couronne vacillante de la Vallée du Souss) a en effet pour conséquence une importation massive en provenance d'Europe du Nord principalement. Egalement actif dans le secteur du bois, Brahim m'a expliqué que des quotas sont fixés par le gouvernement et que la marchandise est distribuée par des importateurs agréés. Ayant aménagé leurs ateliers l'un à côté de l'autre (dernière photo), Mustapha le ferronnier et Abbes le menuisier symbolisent le tissu des petites PME marocaines, qui emploient l'essentiel de la main-d'œuvre, y compris - et surtout - celle appelée "informelle" dans les statistiques. C'est-à-dire les petits boulots au jour le jour qui permettent néanmoins à de nombreuses familles marocaines de vivre, et parfois de survivre.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html