De l'eau chaude produite sur le toit grâce à l'énergie solaire

Au Jardin aux Etoiles, j'en suis à la commande de deux chauffe-eau solaires, l'un à destination du toit de la terrasse Taroudant, l'autre de la terrasse Agadir. Je me suis décidé pour le système d'origine grec Dimas Solar que j'avais repéré chez Latifa (ci-dessus), au riad El Aïssi, ainsi que je l'avais signalé dans mon message du 11 octobre 2007. Les panneaux sont surmontés d'un ballonnet émaillé dans lequel l'eau est directement chauffée. Une ingénieuse installation qui n'existe qu'à destination du marché des pays du Sud. En Europe, le chauffe-eau est installé dans un local tempéré, vu les rigueurs de l'hiver. J'ai prévu une installation de 300 litres côté Taroudant et une autre de 200 litres côté Agadir. Pourquoi cette différence ? Parce qu'il me faut davantage d'eau du côté où se situe la cuisine. Les spécialistes affirment qu'il convient de tenir compte d'un besoin de 50 litres par personne et par jour. Déconseillé L'installation est confiée par une entreprise basée à Marrakech, nommé Noorweb, qui possède une succursale à Taroudant, à proximité du Bureau des mines, si cela peut aider quelqu'un... La personne responsable se nomme Mohamed. Je ne recommande pas ce dernier. Il se révélera par la suite que l'installation qu'il a effectuée est sujette à des critiques fondamentales. Ma motivation est écologique et économique. Au pays du soleil quasiment permanent, il serait stupide d'émarger à la production d'énergie pour l'eau chaude, alors même que le Maroc est contraint, vu ses besoins, de construire une centrale nucléaire, près d'Essaouira. Cinq ans pour rentabiliser Quant aux économies réalisées, elles se situeraient, dans mon cas, à un peu plus de 500 dirhams par mois, c'est-à-dire à 70 francs suisses environ. A voir... Il convient évidemment de mettre dans la balance le coût de l'équipement, qui se monte à 30'000 dh, soit à 4'300 fr. suisses environ. Il faudrait donc environ cinq ans pour rentabiliser cet équipement. S'y ajoute la satisfaction de produire de l'eau chaude de manière écologique et cela n'a pas de prix, ou presque. Prochaine étape côté solaire : l'installation de panneaux photovoltaïques destinés à assurer l'électricité nécessaire aux lumières prévues au Jardin aux Etoiles. Et il y en aura pas mal... Il faut mériter son appellation. Voir aussi le message ultérieur Eau chaude solaire sur mes terrasses ou l'art de la patience au Maroc...

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html