En 2022, il sera possible de visiter le berceau de l'humanité, à Jebel Ighoud

Le coup de tonnerre avait retenti en 2017 ! Le nouveau berceau de l'humanité remonte à 315'000 ans, faisant ainsi reculer les origines de notre espèce de plus de... 100'000 ans, et se trouve sur le territoire du Maroc actuel, au nord de la ville de Chichaoua. Quatre ans après l'incroyable bouleversement de nos connaissances, la construction d'un centre d'interprétation est annoncée, sur place, à 2 h 40 du Jardin aux Etoiles. L'attractif outil de communication envisagé (images ci-dessus) devrait s'ouvrir l'an prochain, à fin 2022. Il sera alors possible de visiter ce site unique au monde. Les cinq squelettes fossiles de l'espèce Homo sapiens, ancêtre de tous les humains, ont été découverts dans une carrière à Jebel Ighoud. Il étaient associés à des silex qui avaient été chauffés pour les rendre plus faciles à façonner, ce qui permet une datation fiable. Ils étaient accompagnés de nombreux restes de gazelles et d'oeufs d'autruche, dont ils se nourrissaient. Jusqu'ici, les fossiles les plus âgés, connus et datés avec certitude, étaient ceux du site d'Omo Kibish, en Ethiopie, vieux de 195'000 ans. L'impressionnant écart de 120'000 ans découlant de la découverte de Jebel Ighoud a surpris les scientifiques. D'où les multiples mesures effectuées pour aboutir à la certitude absolue de l'exactitude de cette découverte, avant la publication intervenue dans la revue "Nature". Le caractère mondialement unique des squelette fossiles de Jebel Ighoud justifie pleinement leur mise en valeur, pour permettre aux visiteurs de comprendre l'importance de cette découverte et en admirer les témoignages. C'est pourquoi les autorités marocaines ont signé une convention en 2018 et lancé le projet d'un centre d’interprétation du patrimoine de 2.400 m². Ce centre comprendra des espaces d’exposition permanents et temporaires, des ateliers d’initiation et d’expérimentation pour les écoles, un point de lecture, une cafeteria. Ce sera une sorte de musée moderne et interactif donnant à voir l’ensemble des fouilles archéologiques qui ont été réalisées sur place. Des logements sont prévus pour le personnel, dont les gardiens, ainsi que les archéologues en mission. La dimension de recherche scientifique se veut importante. Les travaux de construction ont commencé à la fin du mois d'avril 2021 et devraient durer 18 mois. Coût de l'opération : 30 millions de dirhams (environ trois millions d'euros). Un circuit de visite doté d'une signalétique et d'éclairages permettra de se rendre sur le site où ont été trouvés les squelettes fossilisés (notre photo). Le cahier des charges mentionne qu'il devra respecter l'environnement naturel et patrimonial du site, ainsi qu'un accès pour les handicapés. Une route d’une longueur d’environ 3 km reliera le site archéologique au village d'Ighoud. Cette dernière commune profitera de retombées importantes. Les axes routiers reliant Ighoud aux villes de Chichaoua, de Safi et d'Essaouira seront renforcés. Un nouveau bâtiment de commune est annoncé. Une décharge publique sera aménagée au centre du village. Des travaux d’assainissement et de traitement des eaux usées ont d'ores et déjà été réalisés. Sont également prévus la mise à niveau des quartiers, l’aménagement de la place centrale, la création d'un service des urgences de proximité et la construction d’une Maison de maternité. Le Maroc se donne dès lors les moyens de faire de Jebel Ighoud un site à grande portée scientifique mais aussi touristique.