J'ai déniché à la sortie d'Ouled Teima, côté Taroudant, un petit atelier de fabrication de carreaux de ciment - à ne pas confondre avec le zellige. Ce dernier, plus noble, appartient au genre de la terre cuite deux fois et recouverte d'émail. Le carreau de ciment, lui, est souvent de forme octogonale. Sa fabrication utilise des colorants, des sables de silice et de la poudre (ci-dessus). Dans cet atelier, on utilise des moules, que l'on remplit de ciment coloré. C'est pourquoi on dit qu'il est "teinté dans la masse". Puis il est pressé, avant d'être trempé dans l'eau, pour le durcir (ci-dessus avec un ouvrier qui, fait amusant, porte un t-shirt du club de football de ma région), Neuchâtel Xamax. Les carreaux de ciment s'entretiennent facilement sur les sols et les murs. Leurs faces sont planes et leur contact satiné. Ils ont la réputation d'une bonne longévité. Je vous parlerai une prochaine fois du bejmat, ce très fin carrelage cuit, originaire de Fès, qui a ma préférence, en combinaison avec des cabochons de zelliges. J'ai trouvé l'artisan adéquat - et ils sont rares dans le Sud du Maroc -, pas bien loin de mon riad. Alex, merci du bon tuyau !

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html