Le tadelakt a pris possession des murs et des plafonds de la suite Tiznit du Jardin aux Etoiles, selon le programme annoncé. Les ouvriers d'Ali le Roudanais ont apposé la frise blanche qui avait été définie et devra encore bénéficier d'une couche de peinture finale. Réservés à la nuit, ces espaces ont reçu du tadelakt de terre, recouvert d'une couche de savon beldi, qui lui donne un léger brillant qui prend tout son éclat à la lumière. Il n'est pas interdit de cliquer sur cette image pour bien s'en rendre compte. Toujours dans la suite Tiznit, du tadelakt fin de couleur rouge vif (première photo) s'impose en grand seigneur, pour rendre hommage à la ville amazigh située au sud d'Agadir. Il faut quelques jours pour que la chaux et ses pigments deviennent secs. Les conduites d'eau et autres excroissances nécessaires à la circulation de l'eau et de l'électricité ont été masquées dans les angles, en veillant à obtenir un effet de symétrie sur le mur d'à côté ou d'en face (deuxième photo). La tadelakt est un matériau artisanal par excellence. Il ne présente donc pas un aspect uniforme et industriel. Il vit (dernière photo). Sa très soyeuse Majesté règne avec un faste tout particulier dans les échancrures et sur les arcades, leur conférant une dimension sur laquelle les yeux s'attardent. Et les effets sont très différents suivant l'angle de la clarté du jour. Dernière photo : l'emplacement de la future bibliothèque creusée dans le mur de pisé. J'aime déjà étendre la main sur ces surfaces.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html