Au Jardin aux Etoiles, il était temps que les murs de ma villa reçoivent les produits d'isolation sur lesquels apposer la peinture. Au total, quatre couches viennent ainsi d'être réalisées. Petit rappel : pour assurer la climatisation la plus naturelle, j'ai choisi de faire construire des murs en briques de pisé, soutenus par une armature en béton armé. Un crépi a été ajouté, pour assurer la qualité de finition que je souhaitais. Il a d'abord fallu éliminer les tas de gravats qui s'amoncelaient encore autour de la maison (première photo). J'avais demandé l'été dernier qu'on s'en occupe sans tarder. Mais comme souvent au Maroc, il faut dire... et redire ! Brahim, mon jardinier, a pour sa part été chargé d'éliminer les dernières aspérités qui masquaient la base des murs (deuxième photo). J'ai l'intention de faire disposer ultérieurement des pierres du Souss sur un mètre environ tout autour du bâtiment pour compléter encore l'isolation. Pour l'heure, ce sont les murs eux-mêmes qui sont traités par un peintre d'Ouled Teima nommé Aïssa (ce qui signifie Jésus). Ainsi qu'on le voit sur la troisième photo, les fissures ont été colmatées avec un produit spécial de couleur blanche. Dans un premier temps, l'artisan et son ouvrier ont étendu une couche d'isolation rouge sang de boeuf. Consciencieux, Aïssa s'est toutefois rendu compte en cours de route qu'il fallait auparavant que le produit de colmatage blanc recouvre l'entier de la façade, et pas seulement les fissures, de manière à disposer d'une surface entièrement plane. La partie supérieure du bâtiment atteint presque les 10 mètres de hauteur (première photo). C'est donc aussi à un numéro d'équilibriste que se livre Aïssa, avec ses échelles. Son ouvrier (deuxème photo) n'est pas en reste. Le travail avance à la vitesse grand V (troisième photo), avant que ne soit apposée la quatrième couche, celle de la peinture proprement dite.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html