Le Jardin aux Etoiles, villa de charme

Nous avons voué un très grand soin à l'architecture, aux symboles, aux couleurs de notre riad en location. Le meilleur de l'artisanat marocain et des objets d'art embellissent les lieux. En finalité, le Jardin aux Etoiles est une villa de charme, dans un écrin de verdure
Architecture

​L'architecture du Jardin aux Etoiles s'inspire de la grande tradition berbère. Le riad regarde, toutes fenêtres ouvertes, vers le nord, pour rechercher la fraîcheur, tandis que la façade sud est complètement privée d'ouvertures, afin de conserver la fraîcheur à l'intérieur, respectivement une certaine douceur en hiver.



Les quatre portes de la façade nord sont de forme dite mosquée, reprise elle-même dans la configuration de la piscine.

Symboles

Les symboles berbères sont omniprésents sur les façades. Les triangles et leur pointe en haut représentent la tente ancestrale des nomades, la maison, la femme aussi. Quant aux losanges, ils font référence à l'oeil, qui protège, et qui universellement signifie la perception du monde.



Des meubles, surtout les tables, ainsi que les portes reprennent la symbolique berbère et le logo du Jardin aux Etoiles, dont l'appellation est traduite en tifinagh.

Artisanat
Couleurs

​La couleur dominante est le rouge, qui s'extériorise triomphalement sur les murs extérieurs. On la retrouve dans de nombreuses combinaisons à l'intérieur.

Les fenêtres extérieures ont adopté la couleur vert d'eau et toutes les boiseries intérieures sont ivoire. Le tadelakt qui recouvre tous les murs intérieurs, y compris la galerie Souss, où ils se fait brut, se décline dans les différentes nuances du brun, du rouge et passent carrément au blanc à la cuisine et au gris Tiznit dans le Salon Cinq mondes.

​Le meilleur de l'artisanat marocain se retrouve dans les tapis, qui proviennent également du Moyen-Orient. On le remarque aussi dans les tables en bois de l'intérieur et celles en zelliges vernis de Fès à l'extérieur. 



Les lampes constituent également de beaux exemples du travail des artisans marocains et de la diversité des styles utilisés. Des quantités de bibelots, regroupés par exemple dans le meuble-lumière du Salon Atlas, expriment en outre un savoir-faire transmis de génération en génération. 

Art

​Notre riad fait une très large place à l'art, en particulier pictural. Cette touche apparaît dès le portail d'entrée du riad, finement sculpté de motifs berbères et du logo du Jardin aux Etoiles. Elle se confirme dans les éléments de cuivre repoussé et de terres cuites qui déclinent l'identité du riad.

 

La galerie Souss expose des sculptures du jeune artiste berbère Khalid Assalami. Un masque de pierre finement sculpté en provenance de l'Atlas orne le fond de la galerie, au-dessus d'un coffre aux motifs forcément berbères.

 

Dans le Salon Atlas trône une composition de l'artiste Omar Mourabih représentant un guerrier berbère plein de symboles. On y voit aussi une copie d'une oeuvre de Jacques Majorelle dédiée aux kasbahs du sud du Maroc.

 

Le Salon Cinq mondes regorge de témoignages artistiques des cinq continents. On y trouve notamment une huile de Marco Richterich représentant Londres, des oeuvres célébrant le lac de Neuchâtel, une composition de nus grecs provenant de l'île de Santorin et un papier de soie original dédié au taoïsme. Sur le bureau en bois s'exhibent une tête royale de l'Antique Egypte et une sculpture célébrant les temples cambodgiens d'Angkor. Au plafond, un lustre en cristal de Murano.

A l'entrée de la suite Tiznit, on tombe en admiration devant une huile monumentale d'Abdu Amenukal, peinte spécialement pour ce lieu et qui s'inspire d'une toile beaucoup plus petite de Jacques Majorelle intitulée "La kasbah d'Anemiter" (parfois orthographiée Anmiter ou Animiter), qui existe toujours, mais bien réduite aujourd'hui. Entre le lit double vert berbère et la fenêtre, on notera au passage une composition flamboyante et abstraite du peintre suisse Angi.

 

La salle de bains Marrakech expose deux compositions d'Ivan Moscatelli sur le thème du palmier et du grand sud.

La chambre Taroudant expose à elle seule un tableau en pointillé représentant la Palmeraie de Tiout, un patchwork en peau de chèvre en provenance de la tannerie de Taroudant, un grand tapis dans le grand style à l'honneur à Taznakht, ainsi qu'une babouche géante rouge et blanche en forme de clin d'oeil.

 

La cuisine n'est pas en reste ! Juste avant l'escalier qui mène au premier étage est accrochée une oeuvre notable, celle de la Marocaine Amina, dont l'aquarelle sous verre représente une médina en difficile construction, image du Maroc lui-même.

                   Additional information about the riad : 0041 79 240 26 32