Essaouira cité juive sous le vent

C'est une ville à part. Essaouira est la dernière cité juive du Maroc. C'est aussi une cité touristique balayée par les vents alizés. Avantage : les sports de mer comme les planches à voiles y sont très pratiqués. Inconvénient : les personnes dont la santé ne s'accord pas avec ces courants souvent très forts n'y demeurent pas longtemps. Reste qu'Essaouira possède un charme immense. On y accède en trois heures et demie depuis le Jardin aux Etoiles.
 
 

Lors d'une première visite, on est aussi surpris qu'émerveillé par cette ancienne cité portugaise. Aujourd'hui classée au patrimoine mondial de l'Unesco, elle se nomma longtemps Mogador, nom provenant du mot phénicien Migdol qui signifie "petite forteresse".

 

Le fort qui subsiste et commande l'entrée du port évoque l'implantation des Portugais. Une architecture qui rappelle celle de la tour de Belém, au bord du Tage. La plage située à l'ouest se révèle aussi attractive que celle d'Agadir, en moins peuplée.

 

Touristique, mais avec une âme

 

Et la ville a une signature, toute en bleu et blanc. Touristique certes, mais avec une âme. Orson Welles et Jimmy Hendrix (ainsi que le mouvement hippie en général) ont été séduits par Essaouira. On tombe dans le même "piège" avec délices. Les galeries d'art, de tapis et d'objets d'artisans foisonnent.

 

De petites cimaises aménagées dans la porte ouest présentent par exemple des oeuvres figuratives et éthérée. Une gouache de l'artiste marocaine nommée Amina et représentant une ville - et un pays - en construction provient de cette galerie. Elle est exposée face à l'escalier qui monte de la cuisine à notre suite Marrakech.

 

Un exemple exceptionnel de ville fortifiée

 

Classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO, la médina d'Essaouira est une exceptionnelle ville fortifiée du milieu du XVIIIe siècle, entourée d'une muraille de style Vauban. Portugaise à l'origine, elle a été construite sous le sultan alaouite Sidi Mohamed Ben Abdallah (1757-1790), lointain ancêtre du roi Mohammed VI, selon les principes de l'architecture militaire européenne de l'époque, en parfaite association avec les préceptes de l'architecture et de l'urbanisme arabo-musulmans. 

 

Longtemps connue sous le nom de Port de Tombouctou, Essaouira devint l'une des pièces maîtresses du commerce atlantique entre l'Afrique et l'Europe à la fin du XVIIIe siècle et durant le XIXe siècle. Elle joua le rôle de port de commerce international de premier plan reliant le Maroc et l'Afrique sub-saharienne à l'Europe et au reste du monde. Elle est aujourd'hui largement supplantée par Agadir.

 
 
 
 
 
 
 

Ville de culture

 

La ville est un centre multiculturel, illustré par la coexistence de diverses ethnies : amazighes (berbères), arabes, africaines et européennes. Les musulmans, les chrétiens et les juifs, qui y ont leur dernière communauté importante au Maroc, y cohabitent sereinement. Chaque été, Essaouira organise le très célèbre Festival gnaoua et des musiques du monde, ainsi que d'autres événements musicaux comme Andalousies Atlantiques d’Essaouira et le Printemps musical des Alizés, cela sous l'égide de l'Association Essaouira Mogador.

 

Cettte dernière a été fondée par André Azoulay, grande figure juive marocaine, conseiller de feu le roi Hassan II et de son fils Mohammed VI, qui a puissamment agi pour la mise en valeur de la création artistique et du patrimoine d'Essaouira.  

 

Magnifiques riads

 

La médina garde encore aujourd'hui son intégrité et son cachet originel. Son état de conservation ne cesse de s'améliorer. De magnifiques riads ont été aménagés pour la plupart avec soin. Elles font la part belle à l'utilisation de la pierre de taille locale, dite manjour.

 
 
 
En voir plus
 

Jusqu'à Essaouira depuis le Jardin aux Etoiles en moyenne en trois heures et demie. La route qui longe la mer près d'Agadir est la plus belle. Celle qui passe par Chichaoua est une autoroute. Elle est plus longue mais un peu plus rapide.
 
 
 

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32