Atlas secret : super excursion

Ne cherchez pas cette excursion dans un guide. La piste à emprunter, qui longe la montagne de manière parfois vertiginieuse, est récente et elle n'est pas goudronnée. On trouve une trace ténue d'Imilmaiss sur ViaMichelin et depuis peu une indication du but ultime de cette découverte formidable sur Google Maps. Le logiciel américain précise qu'on parvient en 2 heures 20 dans la magique cité berbère d'Amassa. Une bonne journée est nécessaire pour réaliser ce périple inoubliable.

 

Cette plongée dans l'Atlas secret s'inscrit dans le contexte de la volonté du développement responsable de cette région reculée du Royaume. Voyons tout cela de plus près.

De votre riad à Imilmaiss                        

Il faut partir de bon matin, pour profiter à fond de cette excursion et ne pas devoir se presser. Nous nous rendons dans une contrée où le temps n'a pas la même valeur. Un véhicule 4x4 est indispensable. La piste comprend d'innombrables virages et il vaut mieux être parfaitement maître de son véhicule, même si les camionnettes qu'on rencontre se comptent... sur les doigts d'une main.

 

S'équiper de bonnes chaussures (des baskets montantes suffisent) et surtout d'un sac à dos comprenant de l'eau et des provisions. Dans l'Atlas secret, les restaurants sont inexistants, du moins pour l'instant. Restent la rencontre avec l'habitant et les plaisirs de l'imprévu à provoquer.

 

Attention aux virages

 

On emprunte d'abord l'ancienne route de Marrakech, que l'on quitte juste avant le lac artificiel d'Abdelmoumen. Le sable succède rapidement au bitume. Récemment ouverte sur le flanc sud de la montagne, la piste permet néanmoins à deux véhicules de se croiser. Mais attention aux virages, car le précipice est vertigineux ! 

 

Le paysage est superbe et jamais monotone. Heureusement, car il défile durant plusieurs dizaines de kilomètres ! L'arrivée à Imilmaiss intervient dans le courant de la matinée, après deux à trois heures de route, suivant votre rythme et la fréquence de vos arrêts.

 

Spectacle harmonieux

 

Ne soyez pas supris que certains parmi ces habitants - des Berbères dans leur écrasante majorité - vous regardent un peu de travers, parfois avec méfiance. Ils n'ont pas l'habitude des visiteurs étrangers. Comportez-vous normalement, sans provocation, et tout se passera bien. Admirez le bourg de maisons de pisé (terre crue) qui s'étage sur une grande partie de la pente, offrant un spectacle harmonieux entre l'habitat et la nature. Ici rien n'a changé depuis des siècles. Seules l'électricité et les antennes de télévision témoignent d'un lien avec la modernité. 

 

Comme il n'existe pas de points de repères géographiques, sachez qu'Imilmaiss se trouve à la hauteur du tizi n'Test qui, plus à l'est, relie la Vallée du Souss à Marrakech. On se trouve aux confins de la Province de Taroudant.

 

 

D'Imilmaiss à Amassa                             

Une piste grimpe d'Imilmaiss en direction d'Amassa, avant de redescendre sur un oued et de monter à nouveau. Il faut compter une bonne heure pour arriver jusqu'à cette récompense qu'est Amassa, juché sur un piton rocheux.

 

Un agadir au coeur du village

 

Ce village est un joyau, dont le coeur est un agadir, c'est-à-dire une banque berbère de pierre et de pisé. Sa caractéristique ? Il est toujours en activité; les cases sont hermétiquement closes et surveillées par un gardien sourcilleux. Cet agadir enchâssé dans le petit bourg a en outre la caractéristique d'être quasiment rond, alors que ceux de la Vallée du Souss, comme Imchguiguiln, sont constitués de deux parois parallèles.

 

Pauvreté et émigration

 

L'extrême beauté des lieux ne nourrit toutefois pas son homme. La pauvreté est endémique. Ici comme à Imilmaiss, les jeunes émigrent dans la Vallée du Souss. Pour rechercher du travail, ils se retrouvent dans une localité proche de Taroudant, Ait Aiaaza, qui ne possède pas une once de la beauté de leur village d'origine.

 

Pommes et tourisme

 

Pour inverser la tendance, le directeur de l'Office de mise en valeur agricole d'Ouled Teima a lancé l'idée de développer la culture des pommes et d'ouvrir l'Atlas secret au tourisme. Les pommiers seront plantés dans la variété des Golden rouges, qui se vendent mieux au Maroc que les Golden jaunes. Des vergers en terrasses les attendent, au bord d'un oued protégé par deux pans de montagne. 

 

La piste sera goudronnée, ce qui devrait encourager la venue de visiteurs avides de côtoyer une vraie authenticité. Une auberge est en outre envisagée. Elle serait bien entendu aménagée selon les règles de la construction ancestrale des Berbères. 

 

Le Plan Vert marocain est sollicité pour financer l'opération. Souhaitons que celle-ci se concrétise. Elle conduirait à un développement responsable de cette contrée, dont l'authenticité est le plus grand trésor.

 

En voir plus
Battage du blé comme au temps jadis                             

Il vaut la peine de cheminer à travers les ruelles d'Amassa. Peut-être aurez-vous la chance d'assister au battage du blé par une demi-douzaine d'ânes, comme nous le montrons ci-dessus. Tendez l'oreille, regardez, il se passe toujours quelque chose d'inattendu à Amassa.

 
 

A 2h 15 du Jardin aux Etoiles. Prudence sur la piste, très escarpée !
 

Rencontres berbères tout au long du chemin

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32