top of page

Le roi Mohammed VI s'engage pour Agadir et le Souss Massa trop longtemps délaissés

Dernière mise à jour : 5 déc. 2021


Le roi Mohammed VI lors de son discours, entouré de son fils, le prince Moulay Hassan (à gauche), et de son frère, le prince Rachid.

On n'a pas fini de mesurer les effets du discours royal prononcé le 6 novembre dernier à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte qui avait spectaculairement démontré la volonté des élites et du peuple marocain de faire sien l'ex-Sahara espagnol, désormais appelé "provinces du Sud" par le Royaume. Le roi Mohammed VI a en effet choisi cet anniversaire pour lancer un appel extrêmement clair en faveur du développement d'Agadir et de sa région.

Le 44e anniversaire de la Marche verte a été l'occasion d'un discours tonitruant du roi du Maroc.

Affirmant toute l'importance qu'il attache aux provinces du Sud, qui constituent un véritable trait d’union entre le Maroc et le reste de l’Afrique", le souverain s'est félicité "qu’un nombre sans cesse croissant de pays (pour être plus précis 163 à ce jour) ne reconnaissent pas l’entité fictive de la RASD", à savoir .la République arabe sahraouie démocratique proclamée par le Front Polisario soutenu par l'Algérie, qui conteste au Maroc sa souveraineté sur ces territoires.

Mohammed VI a regretté qu'on ne comprenne pas toujours qu'Agadir se trouve "quasiment à équidistance de Tanger et des Provinces sahariennes". Aussi, a-t-il, poursuivi, "il est inconcevable qu'en dépit de la centralité géographique de la Région d'Agadir, en dépit de ses ressources, de ses potentialités, certaines infrastructures de base s'arrêtent à hauteur de Marrakech".

Une ligne Marrakech-Agadir

La ligne TGV Tanger-Casablanca est un succès. Le roi appelle à la construction d'une ligne Marrakech-Agadir.

En conséquence, le souverain marocain a appelé à "une réflexion sérieuse sur l’établissement d’une liaison ferroviaire entre Marrakech et Agadir, en envisageant la perspective d’une extension ultérieure au reste des Provinces du Sud". Cet engagement s'inscrit à la suite du grand succès de la nouvelle ligne TGV Tanger-Casablanca ouverte à fin novembre 2018, qui avait fait entrer un peu plus le Maroc dans la modernité.

Si une autoroute a été ouverte en 2010 entre Marrakech et Agadir à travers l'Atlas, aucune liaison ferroviaire n'existe entre les deux villes. De sorte que les bus constituent l'unique moyen de transport public entre ces deux cités.

La nouvelle station de Taghazout est en plein boum.

Aux yeux de Mohammed VI, "cette ligne contribuera non seulement au désenclavement de l’ensemble de la région, mais surtout à son développement et à son essor économique, en dynamisant notamment le transport des personnes et des marchandises et en apportant un soutien aux secteurs économiques en général, aux activités d’export et au tourisme en particulier". Il s'agit de renforcer la première destination balnéaire du Royaume et la nouvelle station de Taghazout en plein boum (photo ci-dessus).

Selon le roi, alors que le taux de chômage dans la Région Souss Massa atteint des niveaux inquiétants, surtout chez les jeunes, ce projet d’infrastructure ferroviaire est appelé à créer "de nombreux emplois, non seulement dans la Région de Souss, mais aussi dans toutes les zones avoisinantes".

Routes et complémentarité entre les régions

La route Agadir-Dakhla est en cours de transformation en voie express.

Le souverain a aussi préconisé "le développement du réseau routier", d’ores et déjà renforcé par la transformation en cours, sur certains tronçons, de la voie express Agadir-Dakhla (photo ci-dessus).

Répondant aux plaintes de plus en plus fréquentes des habitants et des autorités de la région d'Agadir, le souverain a indiqué que le Maroc "doit être édifié dans un esprit d’harmonie et de complémentarité entre ses régions" et que "chacune doit pouvoir bénéficier équitablement des infrastructures et des grands projets".

340 vues
bottom of page