Ai-je été trop sévère envers le peintre de Marrakech Hassan El Glaoui ?


Je m'étais montré assez sévère envers Hassan El Glaoui. Je ne goûte en effet que modérément ces chevaux dans tous leurs états dont il fait à mon sens une monte exagérée. En regardant la vidéo ci-dessus, je me suis toutefois demandé si je n'avais pas été excessif dans mon jugement.


Les œuvres qu'on y voit m'ont interpellé. La diversité des thèmes et la qualité de leur traitement m'ont paru nettement plus intéressantes que je ne l'imaginais.

Ainsi Hassan El Glaoui se révèle-t-il aussi portraitiste. Son père, le pacha de Marrakech Thami El Glaoui (première image), qui passe à tort ou à raison pour le "traître absolu", l'habite et l'inspire encore incontestablement. Il en a fait un portait fin et assez flatteur.

Les natures mortes, les compositions sur le paradis et l'enfer et les scènes de foule montrent une inspiration finalement assez large. Mais le plus marquant demeure très lié à la royauté, le peintre avouant d'ailleurs avoir eu une grande proximité avec Hassan II. La deuxième image montre la Marche verte initiée en 1975 par le père de l'actuel souverain pour démontrer la détermination du Maroc sur le Sahara occidental, qu'il considère comme faisant partie de son territoire national. La palette des rouges est magnifique.


Troisième image : la cérémonie annuelle d'allégeance au roi se situe dans le même contexte, qu'on qualifierait en Europe de "lèche-botte"... Mais on est au Maroc, et on parlera donc d'hommage à la monarchie.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html