L'eau, un bien si précieux...


L'eau est rare dans le sud du Maroc. Et elle est devenue particulièrement précieuse ces dernières années, marquées par de faibles précipitations. Région maraîchère par excellence du Maroc et centre de production des agrumes, la vallée du Souss souffre spécialement de ce phénomène. La rivière qui lui donne son nom est continuellement asséchée. D'après ce que j'en sais, des crues extrêmement violentes peuvent toutefois se produire. Les Soussis ont quelques (non pas soucis, ce serait un peu facile)... préoccupations.


L'eau semble assez abondante, voire plus abondante que dans le passé au-dessus de Taroudant. Elle deviendrait même beaucoup plus généreuse au sud du Souss, là où la pénurie sévissait. Ci-dessus, cette eau généreuse est pompée à grande profondeur dans une ferme d'agrumes, près de Sebt Guerdane, à l'ouest de Taroudant.


Un bien qui se fait rare


En revanche, dans la région de Houara (Ouled Teima et ses environs), ce bien si précieux se fait rare. Il faut en effet prolonger la profondeur des puits jusqu'à une centaine de mètres, et ça coûte cher. Un prix de l'ordre de 10'000 à 20'000 euros, impossible à payer par les cultivateurs soussis. Quant à l'eau d'irrigation qui provient d'un barrage aménagé dans l'Atlas, elle se fait attendre. Le terrain Bhira est équipé de tuyaux spéciaux, censés amener l'eau jusqu'à mon petit territoire. Mais mes voisins sont comme soeur Anne : ils ne voient toujours rien venir, sauf le soleil qui poudroie... Reste l'eau du réseau, évidemment plus coûteuse...

L'abondance de Sebt Guerdane contraste avec la mise a régime d'une fontaine originale installée sur la terrasse du riad El Aissi, que Latifa évite d'alimenter, vu la pénurie.

La piscine du riad El Aissi est néanmoins même remplie. C'est indispensable la plupart du temps ! Ce bassin est joliment décoré d'une étoile à huit branches, dont on reparlera d'ailleurs bien plus tard.

16 vues

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html