Filets protecteurs pour les orangers, les citronniers et les bananiers

Mis à jour : avr. 10



Au Jardin aux Etoiles, il a fallu prendre des mesures provisoires pour protéger les jeunes plants qui donneront des agrumes, ainsi que d'autres arbres exotiques, dont les bananiers. Tous les exploitants des fermes d'agrumes de la vallée du Souss le font : ils installent des filets protecteurs, de deux à trois mètres de hauteur, pour éviter que leur plantation ne souffre des effets du vent de la mer ou du chergui qui, lui, vient du désert. Brahim a donc installé deux lignées de filets facilement démontables. Voici le résultat, côté Est, direction Taroudant.



Et voici la situation, sur le front Ouest, côté Agadir, plus loin que la plate-forme de la piscine. Je ne peux pas dire que l'apparition de ces installations m'enchante du point de vue esthétique. Mais il faut y passer, durant la période de première croissance de ces essences. Ultérieurement, ces filets prendront place à l'Ouest du Jardin aux Etoiles, derrière la haie de figuiers de Barbarie et de cactus, et seront donc quasiment invisibles.


La haie Ouest, ainsi que l'entrée de la propriété reçoivent d'ailleurs d'ores et déjà du renfort, sous la forme de mimosas (deux premières photos). J'avais déjà parlé de ces arbres et de leurs bouquets jaune vif (Le chemin du Mimosa pour accéder au Jardin aux Etoiles). Il se révèle que ceux qui se trouvent en bordure du chemin qui mène à ma ptite propriété appartiennent à une sorte qui fleurit en été et porte des épines. Ceux qui viennent d'être plantés au Jardin aux Etoiles n'en ont pas et fleurissent plus tôt dans la saison.


Des fleurs qui disparaîtront


Tout autour de la plaza de la piscine, mes deux rangées de palmiers et d'arbres à agrumes sont maintenant complètes. Dans la mesure où il faut prévoir trois à quatre mètres entre les orangers, et deux à trois entre les palmiers, les fleurs sont les bienvenues pour tapisser ces espaces (troisième image). La suite montrera que ces fleurs disparaîtront presque toutes au fur et à mesure que les orangers grandiront.


Le nombre d'arbres et de fleurs déjà plantés au Jardin aux Etoiles, qui doit atteindre une petite centaine, a pour conséquence que Brahim utilise quatre à cinq heures de son travail journalier pour l'arrosage. Dès que le programme de plantation de la première étape sera terminé, nous passerons au système automatique du goutte-à-goutte. Ce débit serait actuellement trop faible à l'égard des jeunes pousses.

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html