Le Maroc a manqué l'occasion d'être associé au bateau PlanetSolar

Mis à jour : janv. 1


Photos de ce message : PlanetSolar.org

J'avais annoncé dans le message Le Grand Prix automobile d'Agadir ressuscité ? Inchallah non ! que je préciserais le type de véhicules que la ville d'Agadir aurait intérêt à promouvoir plutôt que de tenter de concurrence les villes comme Marrakech qui se lancent dans la course aux compétitions de voitures à essence. La capitale du Souss est baignée de soleil : durant 300 jours, 350, voire 360. Les statistiques divergent suivant leur source, mais l'essentiel est certain : il y a de l'énergie dans l'air et dans la température ! C'est pourquoi la mobilité solaire devrait y être encouragée.


Deux projets d'envergure mondiale et d'origine helvétique sont en ce moment en train de se concrétiser. Le premier se nomme Planet Solar. Il s'agit en même temps du premier catamaran tracté par l'énergie solaire et du plus grand bateau solaire du monde, dont la mise à l'eau a eu lieu aujourd'hui même à Kiel, en Allemagne (photo ci-dessus).

J'ai été particulièrement heureux de cet événement, ayant modestement figuré parmi les cinq membres fondateurs du projet. La photo ci-dessus donne une bonne idée des dimensions de ce bateau hors normes - 30 mètres de long pour 16 de large - quand, en cliquant dessus, on constate la taille des deux personnes qui se trouvent sur le pont.


Celui-ci est recouvert de 500 m2 de panneaux solaires. Une grue de 110 mètres de haut a soulevé les 85 tonnes de Planet Solar hors du hangar et l'a déposé délicatement sur l'eau.

La Maroc ne donne pas suite


Planet Solar entreprendra l'an prochain un tour du monde (ci-dessus) prévu en quelque 160 jours, qui partira de la Méditerranée, peut-être de Monaco. J'avais tenté de faire en sorte qu'Agadir ou Essaouira soit la première étape de ce parcours. L'initiateur du projet, Raphaël Domjan, s'était exprimé le 16 novembre devant le symposium 2007 de la Fondation Suisse-Maroc pour le développement durable, tenu à Genève.


Malgré la présence d'un parterre de décideurs politiques et économiques marocains de premier plan, le Maroc n'a pas donné suite. C'est dommage ! Agadir ou Essaouira auraient pu être une des étapes du périple 2011 de Planet Solar, aux côtés de cités comme New York, San Francisco ou Abu Dhabi et contribuer ainsi à la promotion du carburant solaire. A chaque escale, le public pourra en effet découvrir le potentiel des énergies renouvelables.


Ironie de l'histoire, le symposium 2008 de la Fondation Suisse-Maroc pour le développement durable fut l'occasion de la remise de "prix d'excellence du développement humain durable et de l'innovation technologique" ! Ce qui n'empêcha pas les organisateurs marocains d'oublier souverainement Raphaël Domjan et son magnifique projet...

Trop tard !


Le symposium 2010 de la Fondation Suisse-Maroc aura lieu en novembre prochain, avec la participation du conseiller du roi André Azoulay (voir Festival des Andalousies atlantiques d'Essaouira : "chanter ensemble") et du ministre de l'agriculture et de la pêche maritime Aziz Akhannouch (voir Le Festival des amandiers du 19 au 21 février à Tafraout). Mais il sera sans doute trop tard. Barré par Raphaël Domjan (à droite) et Gérard d'Aboville (à gauche), qui est le premier homme à avoir traversé l'Atlantique et le Pacifique à la rame, le catamaran révolutionnaire sera déjà en phase de préparation avancée.


Je parlerai dans un prochain message du second projet solaire helvétique, celui de l'avion SolarImpulse de Bertrand Piccard (voir le message ultérieur Le Maroc et Agadir auraient tout intérêt à se pencher sérieusement sur l'aviation solaire).


#Agadir #Marrakech #Ecologie #PlanetSolar #Suisse #RaphaëlDomjan #JeanLucVautravers #Allemagne #Genève #FondationSuisseMarocpourledéveloppementdurable #AndréAzoulay #AzizAkhannouch #GérarddAboville

44 vues

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html