Il pleut, il pleut sur le Maroc : catastrophe et bénédiction !


Au Maroc, ce sera cette année Noël sous la pluie... Désolé pour les vacanciers qui débarquent dans le Royaume à l'occasion des fêtes de fin d'année ! Des précipitations importantes se sont d'abord abattues sur le Nord et le Centre du pays. Visionnez la vidéo ci-dessus qui montre des images prises à Tanger. Des perturbations ont touché non seulement l'aéroport de cette ville, mais aussi ceux de plusieurs capitales européennes. Sur les routes, des difficultés ont été signalées à Chefchaouen, Tétouan, Larache et Essaouira. Plus grave, dans l'ancienne médina de Casablanca, des immeubles se sont effondrés. Plus de dix personnes ont été blessées dont certaines gravement.

Et, depuis trois jours, il pleut aussi à verse dans la Vallée du Souss et à Agadir. Prise hier matin, la vidéo c-dessus montre la route d'entrée sud de la ville sous les eaux. Celles-ci empêchent quasiment toute circulation. De nombreux dégâts sont annoncés dans le village voisin de Tikiouine (voir Tikiouine : un soir de la vie ordinaire dans la banlieue d'Agadir).

Certains se croient plus forts que la nature...


Des eaux impressionnantes ont aussi été charriées par l'oued Souss, à l'endroit du futur échangeur Taroudant-Ouled Teima de l'autoroute Agadir-Marrakech (voir L'autoroute Marrakech-Agadir en travaux vue du ciel). Les autorités ont interdit la circulation dans les deux sens de peur de voir un véhicule se retrouver entraîné dans le lit tumultueux. Un peu plus haut, sur les premiers contreforts de l'Atlas, près d'Amskroud, un homme, une femme et une jeune fille qui tentaient de traverser l'oued Tazentout à bord d'un véhicule ont péri, emportés par les crues, n'ayant pas obtempéré aux conseils de prudence. A proximité d'Ouled Teima, un cycliste s'est cru plus fort que les éléments et y a aussi laissé sa vie.


A Amskroud et à Drarga, les habitants de 22 maisons menaçant ruine ont dû être évacués. A Taroudant, huit mètres de remparts, fragilisés par de récents travaux, se sont écroulés.


Dans le Sud, les constructions ne sont pas adaptées à ces situations. Certaines habitations sont construites en dehors de toute règle basique d'urbanisme, cela jusque sur les rives des oueds ! Inutile de préciser que les dégâts sont immédiats. Le pisé souffre de l'humidité quand on omet de procéder aux indispensables travaux d'entretien.


Le Jardin aux Etoiles résiste


Au Jardin aux Etoiles, les murs tiennent le coup ! Dans ma villa, les vitres des fenêtres ayant été posées du côté exposé à la pluie, tout est Inchallah parfaitement étanche. Pas de problème à signaler non plus du côté des terrasses. Quant à la Bergerie, maison traditionnelle en pisé et en pierre, ayant été assainie il y a peu, elle résiste elle aussi sans aucun problème. La durée annoncée des pluies est inhabituelle : celles-ci se poursuivront jusqu'à samedi à midi. Mais le soleil devrait retrouver sa traditionnelle primauté dès dimanche.

Champs de blé entre Biougra et Sidi Bibi - Photo Jean-Luc Vautravers

Au-delà de ces drames, dans le Sud si sec, l'eau tombée du ciel est une bénédiction ! Et, comme au printemps dernier, il y a de fortes chances de revoir des céréales triomphantes pousser au pied des arganiers ou... des palmiers. J'avais pris la photo ci-dessus entre Biougra et Sidi Bibi.

Pour avoir prêté l'oreille à des artisans peu consciencieux qui ne leur ont pas conseillé la pose d'une coûteuse couche bitumineuse, comme j'avais été amené à le faire au Jardin aux Etoiles (première photo), certains propriétaires de maisons en cours de restauration de ma connaissance connaissent des difficultés. A Tétouan, Jean-Marc (La maison d'hôtes Dar Rehla de Tétouan s'ouvre dans quelques jours) est contraint de faire poser dans l'urgence une peinture plastifiée avant de devoir démonter ses bejmats pour permettre la pose du bitume. A Dar Malek, à Taroudant, il a fallu pallier aux insuffisances des artisans autochtones en mettant la main à la pâte (deuxième photo). Philippe s'étrangle quelque peu, ce qui me fait songer à mon message Du travail de cochon ? Oui, désolé, c'en était vraiment...

Des opérateurs touristiques vont jusqu'à faire de la pluie un argument de vente. Une agence établie à Marrakech garantit le soleil (dernière photo). "Une seule heure de pluie entre 9 h et 17 h et votre nuitée sera remboursée", affirme son slogan. Il y a du remboursement dans l'air...

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html