Lanternes en terre cuite de Sidi Bibi sur le chemin du Levant


Entre mon portail d'entrée et la villa du Jardin aux Etoiles, l'aménagement du chemin du Levant se poursuit. J'ai trouvé les lanternes idéales. En terre cuite, elles sont découpées avec des motifs d'étoile (ithran en tamazight) et de lune (ayour). Le symbole amazigh du triangle compose une frise. Ainsi qu'on le voit, je les ai posées, provisoirement, à quelques mètres les unes des autres, de façon alternée, comme les cyprès qu'elles accompagnent. Il faudra encore leur donner un petit support de maçonnerie, de manière qu'elles se situent au même niveau que le chemin et soient équipées d'une lampe électrique. On voit que les lavandes qui, paraît-il, nourrissent les cyprès et réciproquement (lire des explications détaillées sous Plantes tapissantes, des aizoacées au coquelicot en passant par la lavande) ont été complétées. Quatre variétés différentes de ces lamiacées ont été plantées sur chaque espace entre deux cyprès par mon jardinier Brahim. Voici ici d'utiles explications sur l'essentiel concernant ces plantes odoriférantes, destinées à apporter plusieurs tonalités bleutées au chemin du Levant. Rêvons un peu en imaginant d'ores et déjà le résultat...

Mes lanternes en terre cuite, je les ai trouvées dans une poterie nommée Complexe de Souss Massa, installée au bord de la route Agadir-Tiznit, peu après Sidi Bibi et avant le village nommé Souk El-Had. Voici, pour être admirée, la production des derniers jours, de toutes formes et de tous genre, qui ira bientôt rejoindre les étals du magasin. Une vraie caverne d'Ali Baba ! Mais les objets en tadelakt y sont moins fins que ceux de la boutique d'Agadir qui a ma préférence (voir Une jolie boutique d'objets en tadelakt à Agadir). En passant devant les terres cuites qui bordent la route menant à Tiznit, on imagine qu'il s'agit d'une vente assez banale d'objets pour touristes. Une nouvelle fois, les apparences ne rejoignent pas la réalité ! Certes, le devant de la boutique est assez banal, mais plus on pénètre à l'intérieur et plus on va de découverte en découverte. On est en effet en présence d'une boutique très riche et d'une poterie importante, d'où sortent des objets de qualité. La terre vient de Safi, mais mes lanternes sont bien réalisées ici, dans le Souss. Elle sont d'ailleurs plus hautes, plus larges... et plus belles que celles qu'on trouve du côté de Marrakech (quel chauvin, ce Soussi d'adoption...).

Cette poterie, que je vous recommande, est une véritable petite usine, dans laquelle travaillent une demi-douzaine d'ouvriers. Voici dans la vidéo ci-dessus le potier qui s'active en utilisant son tour avec adresse. Si vous montrez de l'intérêt pour les objets exposés, vous vous verrez invité(e) à une instructive visite. Un mot encore sur Sidi Bibi. Dès lors que "sidi" signifie "saint" et que "bibi" veut dire "dinde" ou "dindon", la poterie se trouve à "Saint-Dindon" ou, si vous préférez, à "Sainte-Dinde"... Retenez "Sidi Bibi" avant de lancer votre prochaine insulte !

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html