Ancienne communauté juive à la recherche de son identité dans la région de Taroudant

Mis à jour : févr. 27


L'ancienne synagogue de Taroudant, transformée en magasin d'antiquités - Photo Jean-Luc Vautravers

Peu après l'indépendance du Maroc, en 1956, qui coïncidait avec l'appel sioniste à gagner la terre du jeune Etat d'Israël, les communautés berbères juives du Souss ont quitté une région où elles vivaient depuis des siècles, notamment à Taroudant et dans les villages proches de Tamaloukt, Elhanouan, Ait Elhaj, Mentaga, Herguita et Imintagen.


Ces départs massifs n’ont toutefois pas déchiré leur attachement à l’identité marocaine et à leurs traditions berbères.


Le lieu le plus vénéré des juifs pratiquants est le mausolée de Rabbi David Ben Barroukh Cohen Azogh. Celui-ci est situé à Aghzou N'bahamou (commune d'Ouled Berhil), à une trentaine de kilomètres à l'est de Taroudant, sur la route du tizi n'Test qui mène à Marrakech.


Pèlerinage annuel


Décédé aux alentours des années 1875, ce rabbin est considéré comme l'un des plus érudits du culte juif au Maroc. Un pèlerinage annuel, qui se tient en fin d'année, voit accourir des juifs d’Europe, des Etats-Unis, d’Israël et de toutes les régions du Maroc. Les pèlerins y séjournent parfois jusqu’à deux semaines. Le mausolée a été rénové et largement équipé, jusqu'à en faire un site hôtelier. Rien ne se perd...

D’autres saints de la même famille sont aussi célèbres, comme Rabbi David Ha-Cohen Azogh, dit Baba Doudou. Décédé en 1953, il est le dernier tsadik (saint) de la lignée Cohen Azogh. Il repose au cimetière juif de Taroudant, situé à l'intérieur des célèbres murailles et conservé tel qu'il était, jalousement entretenu et gardé.

Le cimetière juif de Taroudant - Photo Jean-Luc Vautravers

On peut visiter ce cimetière (moyennant quelques dirhams, bien entendu). Il abriterait plus de 3'000 tombes. La plus ancienne, celle d'un certain Mimoun El Baz, daterait de plus de 500 ans.


Ancienne synagogue parfaitement conservée


Le cimetière est adossé à l’ancien quartier juif, le mellah, dont quelques maisons subsistent. Le bâtiment le plus emblématique est l'ancienne synagogue (photo en tête de ce message). Parfaitement conservée, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, celle-ci a été transformée en une riche boutique d'antiquités, nommée Aladin. Nous vous convions à en faire la visite sur notre page Aladin à Taroudant : très beau et cher...


Un autre témoignage de la présence juive à Taroudant est l’école primaire de l’Alliance israélite universelle, qui porte aujourd’hui le nom de l’école "Brahim Roudani". Autre point d'intérêt israélite, la Vallée des cédrats, proche de Taroudant, où poussent ces agrumes utilisés pour la fête des Cabanes, dans le respect des normes exigées par la tradition. Une excursion par ailleurs formidable.


Un musée à Taroudant ?


De nombreux juifs marocains, de naissance ou descendants de familles du Souss, vivant au Maroc ou à l’étranger, sont à la recherche de leur mémoire. Certains viennnent y acquérir des biens.


D'autres imaginent un musée destiné à conserver ces traces. La meilleure solution ne consisterait-elle pas à créer LE musée, attractif et rayonnant, dont Taroudant aurait tant besoin pour reconstituer sa riche histoire bi-millénaire, et dont la dimension juive serait l'une des composantes ?


Pour l'heure, on en est à de plus modestes ambitions. Exemple : la récente publication intitulée "Les communautés juives au Sud de l’anti-Atlas" qui décrit la cohabitation au quotidien de la population juive avec les autres communautés, musulmanes arabes et berbères, ainsi que sub-sahariennes.

296 vues

Renseignements complémentaires sur le riad  : +41 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html